• 03
    Oct

    Au delà avec Matt Damon

    by

    Plus qu’un film sur la fin de la vie et l’au-delà, et donc aussi malgré le titre, le très attendu Hereafter de Clint Eastwood, présenté à la clôture des festivals et dans les cinémas italiens depuis le 5 janvier, est avant tout un film de solitude et de coïncidences. Trois histoires entrelacées, un peu comme ces « films de lasagnes », c’est-à-dire multicouches, qui à partir de 2015 sont très à la mode : les protagonistes sont un journaliste de télévision français qui a échappé au tsunami, un travailleur de San Francisco qui parle aux morts et est très contrarié, un enfant de Londres avec une mère toxicomane qui perd le jumeau avec qui il vit en symbiose.

    Un film de Medium

    La façon dont les trois parties finissent par se confondre n’est pas harmonique, mais leur déroulement unique a des moments de pure perfection : faites attention, par exemple, aux livres audio Dickens de Matt Damon, le jeune Californien, et à la fonction de connexion qu’ils assument ; et notez comment Clint Eastwood choisit efficacement les visages, les environnements, les lumières : que la classe multiethnique ne peut être que londonienne, la puanteur sous le nez des éditeurs parisiens se reproduit au millimètre près, la fille américaine inadaptée et avec un secret  et ouvre les yeux comme nulle part ailleurs dans le monde vous le faites. Mais tenez également compte du fait que, dans les dix premières minutes, vous voudrez peut-être fuir le cinéma, car un tsunami subjectif peut aussi être intolérable.

    L’épisode le plus réussi, en fin de compte, reste l’épisode anglais, probablement grâce à l’origine géographique du scénariste Peter Morgan, l’un des plus brillants du moment, auteur de The Queen, Frost-Nixon-The Duel and the Last King of Scotland, ainsi que des deux pré-adolescents autour desquels se déroule le scénario, Frankie et George McLaren. La suite du titre, cependant, ne donne pas une grande satisfaction. Des couloirs lumineux, des présences ectoplasmiques aux Rencontres du troisième type, un peu de déchets du New Age. Non, Clint Eastwood, 80 ans, ne se soucie pas beaucoup de ce qui se trouve de l’autre côté du spectre : il pourrait y penser un peu plus, étant donné son âge. Mais son cœur est là où les coïncidences qui habitent notre quotidien trouvent un sens secret : une casquette perdue dans le métro londonien à un moment crucial, un livre dédicacé, un avion pris, un regard saisi.

    Cécile de France est presque une nouveauté belle, élégante et efficace, Matt Damon est toujours meilleur, la répugnante Marthe Keller est une médecin athée et suisse qui croit beaucoup en l’au-delà. On apprend aussi qu’à San Francisco, les gens socialisent dans les cours de cuisine italienne, en buvant du barbaresco et en écoutant de la musique.

    Au delà avec Matt Damon

    Votre vote pour nous ?

    Étiquettes : , ,

Comments